Colloque 310 : Les mobilités du processus de création

Galerie photos

Publié le: 16 juillet 2018

Marcher dans les couleurs du corps

ANDRÉE MARTIN ~ Université du Québec à Montréal
ALICE BOURGASSER, ARIANE DUBÉ-LAVIGNE ~ Université du Québec à Montréal

« La structure du corps humain dépasse de très loin en artifice toutes celles qu’a fabriquées l’art des hommes » affirme Spinoza. Aussi, pour nous, il s’agit d’aller à la rencontre de ce corps, absolument mystérieux et complexe, à travers l’exploration des paramètres de dialogues, de relations et de croisements entre deux arts que rien ne destine de prime abord à la rencontre : la danse contemporaine et le Dhrupad indien[1]. Pour ce, les corps y seront convoqués comme forces autonomes et dénominateurs communs à ces deux pratiques artistiques. À travers une matière plus ou moins brute de travail, nous nous transporterons simultanément sur trois plans – imaginaire, disciplinaire et géographique – et ce, avec pour points d’ancrage les concepts de poids – dialogue gravitaire si cher à Hubert Godard – de flow et de vitesse. Un récit en cours de création, en quelque sorte, où les corps, les sons et la parole multiple puiseront à même la pensée complexe d’Edgard Morin – dont l’incontournable Unitas multiplex – celle subtile de Didi-Huberman, et les délirantes utopies de Michel Foucault.

[1] Le Dhrupad est considéré comme la plus ancienne forme de musique et de chant en Inde. Ses origines remontraient aux Samaveda, ces textes sacrés chantés.

Professeure au Département de danse de l’UQAM, ANDRÉE MARTIN poursuit des recherches-créations sur la transversalité en art. Fondatrice du Laboratoire Arts Vivants et Interdisciplinarité (LAVI) et membre d’Hexagram, elle travaille depuis plus de dix ans au développement d’un Abécédaire du corps dansant (CRSH-Savoir, 2013-2018 et FRQSC, 2007-2011), un projet d’envergure menant à une suite d’essais littéraires et scéniques sur le corps dansant, dont 13 lettres/œuvres ont déjà été présentées à travers le monde (Canada, Mexique, Chili, Belgique, Espagne, France, Brésil et Inde). Scénariste et réalisatrice, Mme Martin a signé Le pouvoir du son (2018), Danser Perreault (2003) et Sans titre rouge (1999), en plus d’avoir publié une cinquantaine d’articles à travers le monde.

Alice Bourgasser a été formée au Centre Chorégraphique National de Roubaix en tant qu’interprète mais aussi
enseignante de la danse contemporaine entre 2013 et 2016. Parallèlement, elle crée la Cie De l’Autre Côté du Miroir et tourne deux soli sur plusieurs scènes en France entre 2014 et 2016. En Septembre 2016, elle arrive à Montréal et entame une maîtrise en danse à l’UQAM. Depuis, elle oscille entre danse contemporaine et danses swing, qu’elle pratique et enseigne au Studio 88 Swing.

Depuis 2010, Ariane Dubé-Lavigne plonge en tant qu’interprète dans l’univers de plusieurs chorégraphes émergentes de la scène montréalaise. Sa pratique est nourrie par ses intérêts pour les méthodes somatiques, le travail d’état et l’improvisation. En parallèle à son rôle d’interprète, elle développe un travail chorégraphique solo en lien avec une démarche d’écriture et intervient comme répétitrice et œil extérieur sur plusieurs projets. Elle est actuellement étudiante au diplôme d’études supérieures spécialisées en éducation somatique offert par le département de danse de l’UQAM. Ariane enseigne également des cours de mouvement auprès d’une clientèle variée.

Crédits photos: Nicolas Bergeron
Productions sonore de la CRC Dramturgie sonore au théâtre
 Menu
 Réduire
 Montrer