Colloque 310 : Les mobilités du processus de création

Galerie photos

Publié le: 13 juillet 2018

Conférence inaugurale Hors les murs de l’université avec le Catalyseur d’imaginaires urbains

SIMON HAREL ~ Département de littératures et de langues du monde ~ Université de Montréal

L’histoire du Catalyseur d’imaginaires urbains représente bien le Montréal académique de demain. Alors que l’Université de Montréal planifiait de longue date la construction d’un complexe scientifique, nous avons pris l’initiative, avec l’appui décisif de la Faculté des arts et des sciences, de construire une cité de recherche et de création à ciel ouvert, la première du genre qui se veut une expérience de transmission des savoirs (en arts et lettres, sciences humaines et sociales, mais aussi sciences de la vie et de la nature).

Plus que jamais, l’université devra se faire hospitalière. Imaginons un bref instant le Campus MIL et le rôle qu’y joue depuis trois ans déjà le Catalyseur d’imaginaires urbains. Nous sommes situés aux abords de Parc-Extension, parmi nos voisins, par exemple le Wapikoni mobile qui explore les réalités autochtones d’aujourd’hui par l’image et le son. À cinq minutes de marche, la rue Jean-Talon, l’avenue du Parc nous font entendre les accents de l’immigration récente. Montréal arabophone, de Casablanca à Beyrouth. Changeons de cap. Outremont en bas, Outremont en haut, en somme la grande bourgeoisie francophone et les enracinements hassidiques de la judéité montréalaise. Villeray, Marconi-Alexandra, les quartiers montréalais de triplex et d’usines reconverties en studios d’effets spéciaux. Moment Factory y loge. Et dans ce brassage d’idées, ces croisements de cultures, se trouve le Catalyseur d’imaginaires urbains.

SIMON HAREL est professeur titulaire au Département de littératures et de langues du monde de l’Université de Montréal. Il dirige le Laboratoire sur les récits du soi mobile (LRSM). Il est codirecteur du Centre de recherche des études littéraires et culturelles sur la planétarité (Université de Montréal). À l’orée du développement du Campus MIL de l’Université de Montréal, il est le coresponsable du Catalyseur d’imaginaires urbains (CIU), une infrastructure de recherche-création qui a pour fonction de rassembler les prises de paroles citoyennes (performances publiques, récits de vie) par le biais d’une approche multimédiatique. Il est l’auteur d’une quarantaine d’essais, fictions et volumes collectifs.
Crédits photos: Nicolas Bergeron et Ninon Jamet
Productions sonore de la CRC Dramturgie sonore au théâtre
 Menu
 Réduire
 Montrer